La bibliothèque d’Agathe : C’est moi le plus fort, Mario Ramos

Pourquoi ce livre ?

71-W6juCdGL

Un après-midi, nous nous baladions dans la Fnac et j’ai proposé à Agathe de choisir un livre. Comme en ce moment elle adore les loups, elle a choisi ce classique de la littérature jeunesse. Un super titre de l’École des Loisirs.
Résumé

Un loup, qui a très bien mangé et n’a plus faim du tout, décide de faire une petite promenade dans les bois pour vérifier s’il est toujours le plus fort. Il va poser cette question toute simple aux habitants de la forêt. Intimidé et mort de peur, tout le monde, du Petit Chaperon rouge aux Trois petits cochons, en passant par les sept nains répond que le plus fort c’est le loup ! Alors, quand une espèce de petit crapaud de rien du tout lui tient tête, le loup se fâche…
Avis

L’histoire est vraiment très drôle ! Agathe adore quand le loup fanfaronne ! Elle répète ses mots en rigolant.

Elle reconnaît le petit chaperon rouge et les trois petits cochons. C’est vraiment une excellente idée d’avoir ajouté tous ces personnages familiers des enfants.

Je ne suis cependant pas sûre qu’elle comprenne le second degré pour l’instant. Elle aime surtout voir le loup.

Les dessins sont vraiment très beaux ! Les couleurs très vives attirent l’œil.
Bilan

On adore !

Publicités

Meurtres en majuscules, Sophie Hannah

Pourquoi ce livre ?518Am3Fdv3L._SX210_

J’adore les livres d’Agatha Christie. Ce sont les premiers romans policiers que j’ai lu. C’est mon oncle qui me les avait fait découvrir. A chaque fois que j’allais chez lui, je dévorais un nouveau tome. Et bien sûr, Hercule Poirot est mon détective préféré ! Du coup, quand j’ai vu que les ayants droit avaient autorisé Sophie Hannah à reprendre ce fameux détective dans un roman, je me suis empressée de le lire !

Résumé

Hercule Poirot a décidé de mettre au repos ses petites cellules grises en surchauffe. Il se réfugie incognito dans une pension londonienne, où il fait la connaissance de l’inspecteur Catchpool. Un soir, trois meurtres sont commis dans trois chambres à trois étages différents au Bloxham, un hôtel luxueux de Londres. On retrouve un bouton de manchette en or, gravé des initiales PIJ, dans la bouche de chacune des victimes. L’énigme est trop tentante ! Poirot n’y résiste pas et offre ses services à l’inspecteur Catchpool. Pour démêler les fils de l’intrigue, il va falloir à Poirot toute son habileté, et à Catchpool beaucoup de patience…

Avis

Ce roman ne va pas me laisser un souvenir inoubliable…

L’auteur a bien repris la forme des romans policiers d’Agatha Christie. Tous les indices sont bien mis en place durant tout le roman. Les circonstances sont bien amenées. Le crime intéressant. C’est un roman policier plaisant.

Mais il manque vraiment d’un petit quelque-chose ! Un peu de rythme, un peu de suspense, un peu d’action… Je ne sais pas trop mais n’est pas Agatha Christie qui veut !

Bilan

Je l’ai lu d’une traite mais je ne le recommanderais pas…

Ta vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano – Livre audio

Pourquoi ce livre ?519ompcI9-L._SX365_BO1,204,203,200_

Je n’avais jamais écouté de livres audios. A la fin de l’année au CDI, j’ai effectué des tâches très répétitives qui m’ont profondément ennuyée. Je me suis dit que le livre audio était une bonne idée. J’ai donc choisi un livre facile à comprendre pour ne pas être trop perdue pour ma première écoute.

Résumé

― Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.
― Une quoi ?
― Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude…
― Mais… Comment vous savez tout ça ?
― Je suis routinologue.
― Routino-quoi ?
Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves…

Avis

J’ai beaucoup apprécié ce livre. Plus que ce que je croyais en le commençant. C’est un livre feel good très agréable à écouter.

Le principe : être plus heureux dans la vie. C’est un principe très sain. Les procédés énoncés par l’autrice pour y arriver sont très crédibles. Elle s’est inspirée de divers philosophies, notamment orientales et a élaboré un programme très simple et assez censé à appliquer pour se sentir mieux dans la vie. Les astuces qu’elle donne sont très simples à reproduire. J’ai opté pour le carnet où l’on note ses meilleurs souvenirs. Ça fait du bien de se poser le soir et de voir que notre journée a été émaillée de bonnes choses !

Toutes les femmes peuvent s’identifier à Camille. C’est vraiment la force de ce livre. Chaque lecteur peut se retrouver en elle et surtout, chaque lecteur peut appliquer les mêmes méthodes qu’elle. Je parle de femme car c’est à l’évidence le public cible de ce livre : la couverture et le marketing nous le suggère fortement. Dommage car ce livre pourrait plaire à tout le monde !

Livre audio : j’ai adoré écouter ce livre.

C’est très facile à suivre. J’avais peur de ne pas bien me souvenir de chaque chapitre mais en fait, c’est exactement comme si je lisais le livre !

La lectrice, Valérie Muzzi, est vraiment extraordinaire ! Grâce à elle, on est vraiment plongé dans l’histoire.

Bilan

Une première expérience que je réitérerai !

La librairie des rêves suspendus, Emily Blaine

Pourquoi ce livre ?51LZHTAbKtL._SX315_BO1,204,203,200_

Ce livre m’a été offert par les collègues en cadeau de fin d’année. Ma super collègue de lettres a aimé le clin d’œil du prénom de l’auteur ! C’est un roman que j’avais remarqué. Certaines fois, j’ai très envie de lire des romans feel good !

Résumé

Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de bad boy que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier…

Avis

J’ai été très surprise par ce roman. J’ai été surprise de l’apprécier autant.

J’ai aimé le contexte. Une jeune femme un peu paumée a repris la bibliothèque de livres d’occasion de sa grand-mère. C’est une bibliothèque salon de thé que je rêve d’ouvrir ! Elle est passionnée par son travail et par la littérature. Cette boutique c’est toute sa vie. C’est une héroïne très agréable à suivre. Pleine d’idéaux et d’une naïveté très touchante.

En parallèle, nous suivons un comédien. Mal dans sa peau, bagarreur, à vif… et beau gosse ! Trop stéréotypé. C’est vraiment le personnage type que je n’aime pas du tout…

Bon bien sûr, dès le début on sait très bien que ces deux là vont finir ensemble… Mais pourtant ça fonctionne ! J’ai vraiment adhéré à leur histoire d’amour.

Il se lit très vite. L’écriture est fluide et sans difficultés.

C’est un livre très drôle et très touchant. Il m’a vraiment fait passer un très bon moment. Une belle lecture d’été !

Le jour où elle a pris son envol, Marko, Beka et Cosson

Pourquoi ce livre ?41ZmMYRQwAL._SX367_BO1,204,203,200_

C’est la suite de Le jour où le bus est reparti sans elle. J’ai vraiment apprécié le premier tome alors je me suis empressée de lire le second.

Résumé

Depuis sa rencontre avec Antoine, le sage-épicier, Clémentine a changé pas mal de choses dans sa vie. Mais elle n’a toujours pas trouvé ce qu’elle cherchait : le bonheur et l’apaisement. Quand elle retourne à l’épicerie, Antoine n’est plus là. Simon, un physicien apiculteur a pris sa place. Grâce à lui, Clémentine va entrevoir tous les chemins de vie possibles qui s’offrent à elle. Mais comment faire pour trouver le bon ? Pour le savoir une seule solution… Essayer !

Avis

Un second tome aussi bon que le premier !

Clémentine a bien évolué grâce aux conseils d’Antoine rencontré dans le premier tome. Mais même si elle a tout réussi, elle a l’impression d’un manque.

J’ai vraiment l’impression que le personnage de Clémentine peut parler à tout le monde ! Elle est happée par son quotidien et même si tout semble lui réussir, travail, amour, amis, elle n’est pas heureuse.

Antoine lui propose alors un magnifique voyage initiatique. Elle part à la rencontre de personnes qui avaient le même sentiment d’inachevé qu’elle mais qui ont choisi de prendre une autre voie dans leur vie. Allemagne, Japon, Indonésie, etc. Que des voyages magnifiques ! Cela donne de très beaux décors et de magnifiques couleurs.

Cette BD est basée sur les chemins possibles de la vie. J’aime énormément imaginer toutes les voies qui s’ouvrent à nous.

index

Comme dans le premier tome, la BD est ponctuée de petites histoires issues de la culture zen. Je les aime toujours autant ! Elles apportent parfois de jolies touchent d’humour. En tout cas, elles amènent toujours autant le lecteur à la réflexion.

A lire absolument !

Le jour où le bus est reparti sans elle, Beka, Marko et Cosson

Pourquoi ce livre ?

Le-jour-ou-le-bus-est-reparti-sans-elle

C’est une BD que l’on a offert à ma belle-mère pour son anniversaire. En vacances chez elle, j’avais très envie de la lire. Le titre m’interpellait beaucoup !
Résumé

Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours…

Avis

J’ai adoré cette BD !

Clémentine est un personnage auquel il a été facile de m’identifier. Elle a une vie active mais rêve de pouvoir se poser un peu, se détendre, s’apaiser. Elle choisit donc d’intégrer un groupe de méditation mais se fait oublié par ce même groupe. Je suis moi-même très attirée par la méditation ou toute forme me permettant de me recentrer sur les choses essentielles de la vie. Et comme Clémentine, je n’y arrive pas beaucoup. Soit je ne suis pas assez assidue, soit j’oublie carrément et me laisse happer par mon quotidien.

Mais Clémentine va réussir à avancer grâce à un personnage : Antoine. Gérant d’une petite épicerie dans la campagne. Sûrement l’homme le plus heureux du monde. Un vrai sage qui va enseigner à Clémentine, à travers de nombreuses petites histoires, à se recentrer sur l’essentiel.

Les petites histoires sont issues de la culture du zen. Elle sont vraiment bien choisies et nous permettent, à nous lecteurs, de réfléchir.

Les deux autres personnages m’ont un peu moins plu. Thomas notamment. C’est un homme riche qui choisi de tout plaquer. Je trouve que c’est facile de tout envoyer balader quand on a de l’argent et pas d’enfants à élever. Alors oui, l’argent ne fait pas le bonheur mais quand on décide de tout recommencer à zéro, c’est quand même pas mal d’avoir un petit pécule… J’ai trouvé les leçons dictées par ce personnages un peu gonflées.

Le dessin est très joli et il y a un énorme travail sur les couleurs.

Cette BD est rafraichissante ! Vivement que je lise la suite.

L’Amant, Marguerite Duras

Pourquoi ce livre ?

amant-marguerite-duras-roman-erotique

C’est un grand classique que je n’avais jamais lu. Pourtant, j’ai vu le film plusieurs fois. Il fallait que je le lise absolument !
Résumé

Récit de son enfance et de son adolescence en Indochine française, ce roman aux traits autobiographiques est l’essai d’une analyse de soi-même. Le récit est marqué par deux événements majeurs : la traversée du Mékong pour aller à Saïgon où se trouve l’école de la jeune fille ainsi que son séjour là-bas. Pendant son séjour en Indochine, elle tombe amoureuse d’un riche Chinois et vit son premier amour. D’autres sujets qui se mélangent au récit de cette relation amoureuse sont les relations difficiles entre la jeune fille et sa mère, et avec son frère aîné que sa mère a toujours préféré. La rupture de la digue qui menace la maison de la famille près du Mékong est un autre événement important dans le récit. Mais le point capital du roman est l’amour fou entre la jeune fille de 15 ans et le Chinois de Cholen qui a douze ans de plus qu’elle. Son départ, pour retourner en France, est financé par le Chinois, qu’elle continue de regarder jusqu’à ce qu’elle ne distingue plus le port au départ du bateau. La fin du récit se termine par l’appel qu’il lui passe, alors qu’ils ont tous deux vieilli.
Avis

Il y a deux aspects très distincts dans ce roman. La vie de famille de l’autrice / narratrice et son histoire d’amour.

L’histoire de la famille a été très complexe à comprendre. Marguerite Duras fait beaucoup de références à ses autres romans. Peut-être faut-il lire les livres de Duras dans l’ordre pour bien comprendre l’histoire de cette famille hors du commun. Sa relation avec sa mère et avec ses frères est vraiment très complexe. La mère est la pièce principale de cette famille. Pourtant, elle est très perturbée mentalement. Cela a dû être compliqué de grandir avec une telle mère. Elle est tantôt folle et violente, tantôt joyeuse et sociable.

Mais ce livre est avant tout une ode à l’amour et à la sensualité. La narratrice était une petite fille devenue très vite adolescente. Pas n’importe quelle adolescente. Une adolescente très sensuelle. Elle ne s’en rend pas tout de suite compte mais le développe petit à petit. Elle rencontre un homme chinois. Pour lui, c’est un véritable coup de foudre ! Elle, va découvrir grâce à cet homme la sensualité et la sexualité. Mais contrairement au film, le livre est beaucoup plus prude. Je me souviens d’une séquence du film où la jeune fille embrasse langoureusement la vitre de la limousine du chinois. Il n’en est rien dans le livre. Par exemple, leur première fois. Tout y est décrit de façon très pudique et très sensible. Marguerite Duras arrive à faire un livre d’une sensualité extrême sans jamais rien évoqué directement. Tout passe par l’imagination du lecteur.

La vie en Indochine est également très intéressante. C’est un univers que je ne connais pas du tout. L’Indochine était une colonie française que nous n’étudions pas du tout à l’école. Cela m’a donné très envie d’en apprendre plus. L’univers de la colonie renforce encore plus la sensualité du livre. La moiteur et la langueur du pays aide Duras à situer son œuvre.

L’écriture de Marguerite Duras est très exigeante. J’ai été très perturbée par son style. Les phrases sont parfois à la limite du français. C’est une langue à part entière. Il faut un petit temps d’adaptation pour s’imprégner de cette écriture. Et puis, petit à petit, je me suis sentie happée. Quelle beauté ! Les mots sonnent magnifiquement.
Bilan

J’ai hâte de lire d’autres livres de Marguerite Duras !