La porte de la salle de bain, Sandrine Beau

51fie5rl6yl-_sx327_bo1204203200_Pourquoi ce livre ?

De temps en temps, les professeurs documentalistes de mon secteur se réunissent avec les bibliothécaires de notre grande médiathèque pour échanger nos coups de cœur livresques de littérature jeunesse. A notre dernière réunion, on nous a présenté ce livre. Il m’a immédiatement interpellé et je l’ai retenu pour l’acheter au CDI. Et coïncidence heureuse, je l’ai trouvé dans une librairie d’occasion à 90 centimes ! Je ne pouvais pas le laisser passer !

Résumé

Mia est une jeune fille de 11/12 ans. Elle vit avec sa mère, son petit frère et le nouvel amoureux de sa mère. La maman de Mia travaille à l’hôpital. Elle a donc des horaires décalés et est bien contente que Lloyd, son amoureux, ne travaille pas et s’occupe des enfants en son absence. Mia attend avec impatience l’arrivée de ses seins. Elle guette, elle guette… Jusqu’au jour où enfin on commence à les apercevoir ! Et là, ce qui devait être une fête devient un enfer. Son beau-père entre sans prévenir dans la salle de bain pour la regarder prendre sa douche.

Avis

Ce roman est un roman de littérature jeunesse plutôt pour les 14/15 ans et pour les filles. J’ai peur que plus jeune, les filles soient trop choquées. Il est écrit à la première personne, du point de vue de Mia, ce qui favorise l’identification au personnage.

Mia est une pré-adolescente tout a fait normale. Elle a des amis au collège, est plutôt bonne élève, adore son petit frère, sa maman et même son beau-père qui est très sympa. Et puis, sa vie bascule. Elle se retrouve face à l’enfer ! Son beau-père se transforme en monstre. D’ailleurs, comment un homme si gentil peut devenir un voyeur de petite fille ? Mia aussi est dans l’incrédulité. Le livre va alors tourner autour de ce problème et de tous les petits stratagèmes que la jeune fille va essayer de mettre en place pour éviter le regard lubrique de Lloyd.

L’auteur écrit avec une grande sensibilité. Ce sujet est tellement délicat ! Je trouve qu’écrire son texte du point de vue de Mia est une super idée. Partager ses émotions, sa colère, son dégoût, nous immerge complétement. La relation mère-fille est aussi très bien racontée. La jeune fille essaye de parler à sa maman (qui elle essaye d’être présente pour sa fille) mais elle n’y arrive pas. Les mots ne sortent pas de sa bouche. Du coup,  Mia en veut cruellement à sa mère de ne pas s’apercevoir de ce qui se passe. Elle ne comprend pas comment elle ne peut pas voir. Mais nous, adultes, on comprend aussi la mère (même si on ne l’excuse pas). Elle est très amoureuse de cet homme mais surtout n’est pas là quand Lloyd agit. Par conséquent, comme sa fille ne lui parle pas, elle ne peut pas savoir. Ce livre est à lire par les jeunes filles pour leur montrer qu’elles doivent parler.

Le personnage de Mia est très attachant. On a vraiment envie de la sauver et d’aller casser la figure de son beau-père ! Le personnage de Lloyd est d’ailleurs très complexe et interroge vraiment. Comme dit plus haut, je me demande vraiment comment on peut agir ainsi. Lui qui se comportait comme un père, devient un monstre. Je trouve que c’est bien fait de la part de l’auteur de ne pas faire une histoire manichéenne. Le méchant de l’histoire devient méchant, il ne l’est pas dés le début.

Cette lecture a été douloureuse car des Mia j’en croise tous les jours au collège. Mes élèves sont de belles jeunes filles souriantes, gaies, drôles, intelligentes, gentilles et naïves comme des jeunes filles doivent l’être.

Mais c’est une lecture nécessaire et ce livre, je le ferai lire à mes élèves.

Extraits

« Bref, j’en étais là de mes interrogations et de mes sueurs froides quand miraculeusement, un matin, en essayant de me regarder une fois de plus sous toutes les faces, je me suis rendu compte que ça y était ! A droite aussi, le petit pois commençait à pointer le bout de son nez.
Ouf ! J’allais avoir DEUX seins ! »

« Plusieurs fois, j’ai essayé d’imaginer que je parlais. Que je racontais ce qui se passait dans la salle de bain, depuis quelques temps… Mais je n’arrivais pas à trouver les mots. Je ne savais pas par quoi commencer . « Le copain de ma mère entre dans la salle de bain quand je prends ma douche… » ça me semblait ridicule comme phrase. On aurait dit une petite fille qui couine. Et puis, ça n’avait pas vraiment l’air grave dit comme ça. »

Emily

Publicités