Petites coupures à Shioguni, de Florent Chavouet

Couv_231294Pourquoi ce livre ?

J’ai découvert les BD de Florent Chavouet pendant mes études de japonais. En effet, il semble passionné par ce pays et ses BD sont souvent le récit de ses aventures au Japon. La première que j’ai lu de lui fut Manabe Shima. Il y décrit son séjour dans une des îles de l’archipel japonais. La deuxième, Tokyo Sampo fut un cadeau de mon fiancé. L’auteur nous y décrit ses pérégrinations dans Tokyo. J’étais très curieuse de lire cette nouvelle BD qui a obtenu le Fauve Polar SNCF au Festival d’Angoulême de cette année.

Résumé

Florent Chavouet nous fait vivre une nuit dans les bas fonds d’une ville japonaise. Un détective privé enquête. Que s’est-il passé ce soir là ? Pourquoi trois hommes poursuivent-ils une jeune fille ? Le cuisinier a-t-il eu raison de se mêler de cette affaire ? La jeune fille est-elle vraiment ce qu’elle prétend être ?

Avis

Par rapport aux deux autres BD que j’ai lu de Florent Chavouet, celle-ci est complètement PlancheS_45352différente. Dans les autres, il n’y avait pas vraiment d’histoire. C’était juste une succession de dessins, une sorte de carnet de voyage où l’auteur par le dessin, nous faisait part de ses observations. Ici, Florent Chavouet nous livre une enquête policière. Une enquête qu’il situe une fois encore au Japon. Moi qui suis une amoureuse de ce pays, je me suis régalée avec tous les détails culturels (les distributeurs, les petits restaurants…).

L’histoire est construite et aboutie. Elle est répétée plusieurs fois, sous divers points de vue. L’auteur nous permet une meilleure compréhension de ce qui s’est passé cette nuit là puisqu’il nous permet de suivre chacun des protagonistes. L’histoire est beaucoup plus complexe que ce qui apparaît dans les premières pages. Les méchants sont-ils vraiment des méchants ? De même pour les gentils.

Malheureusement, ces changements rapides de points de vue m’ont complètement perdue… Je ne suis pas sure d’avoir tout compris. Au final, je ne sais pas trop si l’héroïne est la victime ou une coupable… Je n’ai également pas compris l’utilité de certains personnages (par exemple, les employés des distributeurs automatiques). Cette lecture me laisse une impression de confusion désagréable.

Par contre, le dessin est juste magnifique ! Comme à son habitude, Florent Chavouet dessine aux crayonPlancheA_231294s de couleurs. Son dessin est à la fois précis et caricatural. Il a  sa manière à lui de faire naître la perspective ou les volumes.
J’apprécie également le fait que sa BD soit d’une forme originale. Ici pas de bulle, pas de planche traditionnelle à la Tintin. Ce sont les planches qui doivent s’adapter aux dessins et non l’inverse. L’utilisation des couleurs est également remarquable. Parfois vives pour décrire une situation animée, parfois claires dans les moments plus calmes. Tout cela est parfaitement maîtrisé.

Un avis assez mitigé pour cette BD, mais cela ne m’empêchera pas de suivre cet auteur.

Emily

Publicités