Moriarty T.4, de Takeuchi Ryôsuke et Honore Patrick

Pourquoi ce livre ? moriarty-t4-270x411

J’ai publié une critique du tome 1, 2 et 3 avant de savoir que j’aurais la chance de lire le 4 très rapidement.

Résumé

Le MI6 a reçu pour mission de sortir l’Empire britannique de la guerre en Afghanistan dans laquelle il est embourbé. William demande donc au colonel Moran de trouver une solution. Moran a effectivement des « souvenirs » là-bas, et quand il cherche des puces à ceux qui aiment bien la guerre, surtout quand elle se passe chez les autres, c’est le vrai visage de l’Empire britannique qui apparaît en pleine lumière !!

Avis

  • Points positifs :

Ce tome est focalisé sur l’un des personnages secondaires : Moran. C’est un personnage très intéressant. On comprend mieux pourquoi il agit aux côtés des frères Moriarty.

L’histoire du Royaume Unis. Le manga revient très simplement sur la guerre en Afghanistan et sur la colonies des Indes. On comprend très bien en très peu de mots.

Le développement du MI6 et de tout le folklore qui l’entoure : M, Q, Miss Money Penny.

De nombreux rebondissements qui rendent ce récit très haletant !

  • Point négatif :

L’évocation de Sherlock Holmes qui ne sert à rien et brouille le premier message.

Bilan

Vite, vite, le tome 5 !

 

Publicités

Moriarty de Takeuchi Ryôsuke et Honore Patrick

Pourquoi ces livres ?

moriarty-1-kana

Encore des mangas extraits du carton de nouveautés de mon conjoint.
Résumé du tome 1

19e siècle en Angleterre, la famille Moriarty a recueilli deux orphelins William et Louis mais en leur conférant un statut de domestique. Albert, le fils aîné de la famille est pétri d’ambition et il déteste le système social qui régit la société britannique, dans lequel les classes supérieures se pavanent et oppressent le peuple sans pour autant être dignes du respect qu’elles exigent de lui.

C’est pourquoi Albert abhorre sa propre famille et voit dans les deux orphelins l’incarnation d’un souffle nouveau. Albert leur offre son statut, sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve : se débarrasser de sa famille et du système de classes actuel ! Les trois garçons complotent ainsi pour devenir les seuls héritiers de la famille.

moriarty-2-kana

Treize ans plus tard, à seulement 21 ans, l’aîné des orphelins William James Moriarty est devenu professeur de mathématiques à l’Université et il pourrait voir surgir sur sa route un certain Sherlock Holmes…
Avis

J’ai vraiment pas du tout adhéré au tome 1. J’ai eu du mal à rentrer dans la lecture. Mais le tome 2 et 3 m’ont complètement passionnée.

Points positifs :

L’ambiance Sherlock Holmes. Nous retrouvons vraiment cette ambiance si particulière des romans de Conan Doyle. Le célèbre détective arrive dès le deuxième tome. Certaines affaires sont même représentées dans le manga !

Les frères Moriarty. Leur psychologie est vraiment très intéressante. Certes ce sont de très grands criminels mais leurs actions servent leur cause : éliminer les nobles qui se pensent supérieurs au petit peuple en les écrasant. Au début, le fait de justifier les odieuses actions des Moriarty m’a un peu déstabilisé mais finalement cela apporte plus de profondeurs aux personnages.

Londres du XIXe siècle. Il est vraiment bien restitué à travers les très beaux dessins.

moriarty-3-kana

Points négatifs :

Les auteurs ont voulu introduire Sherlock Holmes, ce qui est essentiel, mais à partir du moment où le personnage apparaît, le récit n’est plus uniquement focalisé sur les Moriarty. C’est vraiment dommage car c’était un parti pris très intéressant !

Les petites notes d’humour à la fin des chapitres. Elles sont totalement inutiles !
Bilan

J’ai hâte de lire les tomes suivants !

Etre professeur documentaliste : semaine 22

Lundi 11 mars

  • J’ai installé les nouveautés de la semaine. Je les ai catalogué, équipé et j’ai fait de la pub pour les présenter (affiches et esidoc).
  • J’ai effectué les nombreux retours.
  • J’ai préparé une séance pour la semaine de la presse. Avec une professeure d’espagnol, nous allons travailler sur la publicité en étudiant l’évolution des publicités Evian. Le but est de montrer aux élèves que chaque spot de publicité à un public cible et qu’il veut nous faire passer un message. Nous souhaitons développer leur esprit critique.
  • J’ai commencé à préparer l’exposition pour la semaine de la presse.
  • J’ai bulletiné les périodiques reçus durant les vacances.
  • J’ai vu les élèves du projet théâtre pour préparer la sortie au théâtre de demain.
    • J’ai accueilli 145 élèves.

Mardi 12 mars

  • J’ai accueilli une classe de quatrième et leur professeur d’allemand. Ils préparent leur voyage à Berlin en travaillant sur les photos des monuments que leur envoient leurs correspondants.
  • J’ai commencé à réfléchir à un Escape Game que je pourrais mettre en place avec des CM2 pour leur faire visiter le CDI.
  • J’ai été voir « L’école des Maris » de Molière. La pièce était mise en scène par le comédien / metteur en scène qui travaille avec nous pour notre projet théâtre avec les cinquièmes. C’était super ! Une mise en scène tout à fait moderne qui sublimait le texte de Molière. J’ai adoré !
    • J’ai accueilli 57 élèves.

Jeudi 14 mars

  • J’ai donné le premier cours sur « internet droits et devoirs » à deux groupes de sixièmes.
  • J’ai donné le deuxième cours sur la méthodologie des exposés à des sixièmes.
  • J’ai continué de préparer l’Escape Game.
  • J’ai bulletiné et dépouillé Science et vie Junior.
  • J’ai préparé l’exposition pour la semaine de la presse et des médias.
  • J’ai présenté les nouveautés BD et manga à mon club lecture. Ils adorent pouvoir les lire en exclusivité !
    • J’ai accueilli 143 élèves.

Vendredi 15 mars

  • J’ai préparé mon kiosque pour la semaine de la presse.
  • J’ai effectué pas mal de retours.
  • J’ai bien avancé dans mon Escape Game.
    • J’ai accueilli 140 élèves.

J’ai appris mercredi que j’étais admissible au CAPES Interne de Lettres Modernes. Quel stress ! Beaucoup de boulot en perspective…

Le coin BD [12]

Encore des BD issues du carton de nouveautés de mon conjoint.

KidZ, de Aurélien Ducoudray et Jocelyn Joret9782923621845-001-T

Résumé

Voilà 3 mois qu’une terrible épidémie a transformé la population en zombies avides de chair fraîche. Seulement, après avoir dévoré la presque totalité de l’humanité, les morts-vivants eux-mêmes commencent à dépérir et tombent de famine les uns après les autres… C’est dans une banlieue ensoleillée de Californie au doux parfum de fin du monde que Ben, 10 ans et encore traumatisé par la mort de ses parents, forme avec ses potes le dernier bastion de l’humanité. Et entre chasse des zombies survivants, expéditions pour amasser vivres, jouets et comics, le tout filmé par le bien nommé Spielberg, la vie s’écoule plutôt paisiblement au cœur de leur enceinte construite avec les moyens du bord. Jusqu’au moment où quelque chose de pire qu’une reprise de l’épidémie, une catastrophe nucléaire ou les 4 anneaux clignotants d’une Xbox 360 vient frapper leur petite communauté : deux filles ! Jusqu’ici habitués à chiller au bord de la piscine en mangeant des barres chocolatées et jouant aux jeux vidéo, comment les garçons vont-ils réagir aux nouvelles coutumes bizarres de Polly et sa petite sœur Sue ?

Avis

Tout simplement un The wealking dead version enfants. Même constat que la série : des zombies, la survie, la solidarité ou / et la défiance. Rien de bien original. L’histoire est bien sûr bien glauque et encore plus puisqu’il s’agit d’enfants.

Les dessins sont vraiment beaux. Très travaillés et très colorés.

 

9782818949658Autour d’Odile, de Bruno Madaule

Résumé

Trouver l’amour, c’est difficile, surtout quand on est surveillée par un dragon !

Odile est comme toutes ses copines princesses du Moyen Âge. Elle vit recluse dans une tour. Elle attend la venue du prince charmant. Et elle est protégée par un dragon qui ne jure que par le barbecue de chevalier servant. Autant dire que les candidats à la grillade ne sont pas légion ! Alors quand Roland ose défier le monstre, Odile a le coup de foudre. De tentative ratée en essai avorté et de duel perdu d’avance en acte de bravoure inconsidéré, Roland va tout faire pour que brûlent les feux de l’amour, en évitant les flammes du gardien jaloux.

Avis
Cette BD est une succession de strips sur une planche. Certaines sont très drôles, d’autres pas du tout.
L’idée de base est vraiment sympathique et très originale. Les dessins le sont également.
Une BD pour passer un bon moment.

 

 

La Trouille, Julia Billet

Pourquoi ce livre ?41wRKxgqnnL._SX195_

Dans le cadre d’un projet BD avec des troisièmes, je rencontre Julia Billet, autrice de La Guerre de Catherine, roman adapté en bande dessinée. Afin de bien préparer cette rencontre, j’ai eu envie de lire un autre livre d’elle.

Résumé

J’ai la trouille. Impossible de dire de quoi. Rien de raisonnable, de raisonné. J’ai peur. Comme si dehors, je n’allais pas retrouver mon corps, ma place. Comme si j’avais oublié les grands espaces, l’horizon et aussi de marcher en ligne droite.
En moins d’un an, j’ai appris à avoir besoin de cette cage. Une perruche, je suis devenue une perruche qui regarde au travers des barreaux en espérant sortir et voir le monde sans ces rayures ; quand on lui ouvre la porte, elle s’enfonce tout au fond de sa cage, terrorisée par le vide que provoque cette porte grande ouverte.

Avis

J’ai vraiment bien aimé ce roman.

Points positifs :

Le roman est très court. En très peu de page l’autrice réussi à tout dire. Pas de longueurs. Chaque paragraphe va à l’essentiel. On ne s’ennuie pas.

Le personnage principal. J’aime ne pas connaître la raison qui l’a emmené en prison. Le sujet n’est pas là. L’autrice s’attache à décrire les sentiments de ce jeune qui est sur le point de sortir. Nous sommes dans sa tête. Nous ressentons donc son malaise. J’ai aimé me mettre à sa place et me questionner sur l’après. La dureté de la prison est effrayante mais la liberté l’est encore plus. La cellule représente un cocon dans lequel il est très difficile de ressortir et d’affronter la vie.

Le programme de réinsertion proposé au jeune homme. Il se retrouve à escalader une montagne avec deux autres détenus. Du temps pour réfléchir, du temps pour reprendre confiance en la vie.

Les personnages secondaires. Les gardiens de prison qui accompagnent les détenus sont tellement vrais ! Humains mais désabusés.

Le style. J’ai aimé le fait que l’autrice n’est pas utilisé un « parler jeune ».

 

Points négatifs :

Au cours de son ascension, le jeune homme croise un oiseau. Je ne comprends pas du tout la signification de cet oiseau… Il a l’air très symbolique mais ce symbole ne m’a pas du tout parlé.

 

Je recommande très vivement ce très beau roman.

Le coin BD [11]

Alors que je dois lire plein de romans pendant ces vacances, je me plonge dans le carton de nouveautés que mon conjoint a ramené de son CDI.

Zombillénium T.4, d’Arthur de Pins9782800161068-couv-M800x1600

Résumé

Le parc Zombillénium ne s’est jamais aussi bien porté : sa cote de popularité atteint des sommets suite aux réformes démoniaques opérées par Behemoth, qui décide alors de jouer sa propriété au cours d’une compétition bien spéciale… Un sabbat de sorcières !

Gretchen, Aurélien et Von Bloodt ont quant à eux monté un réseau d’évasion clandestin afin d’offrir aux damnés la chance d’une reconversion, loin des neuf cercles de l’Enfer. Des opérations périlleuses, sous le manteau, qui ne font pas du tout les affaires des dirigeants. Déterminés à y mettre un grand coup de balai, ils s’offrent les services d’une redoutable enchanteresse qui donnera du fil à retordre à sa rivale attitrée : Gretchen. Sous terre comme dans les airs, le combat promet d’être épique !

Avis

Alors, je n’ai rien compris à ce tome ! Il est vrai que ma lecture du tome 3 date un peu, mais quand même ! Celui-ci ne débute pas immédiatement après le 3. Il y a un certain laps de temps entre les deux BD. Mais nous ne savons pas combien… Du coup, il faut un peu deviner ce qui s’est passé. Cela m’a complètement dérouté.

Je n’ai pas compris non plus pourquoi le président du parc décide de le jouer au lieu de le vendre. Je ne me souviens plus du tout quel est son lien avec Gretchen. Car dans ce tome, c’est vraiment Gretchen qui est le personnage central. La nouvelle sorcière semble n’exister que pour la contrer elle.

L’histoire est vraiment bâclée. Il n’y a pas assez de page. Tout va trop vite. Mon conjoint n’a pas du tout été perturbé par cela mais a vraiment trouvé que ce tome n’était pas extraordinaire.

La magie des premiers tomes est retombée. Le parc n’est plus qu’un second plan. Il s’agit maintenant d’une BD classique sur deux camps magiques qui s’affrontent.

Je ne suis pas sûre de vouloir lire le tome d’après. Vraiment dommage !

51jmjD5QGQL._SX195_Des lumières dans la nuit, Lorena Alvarez

Résumé

Chaque nuit, de faibles lumières éclairent la chambre de Sandy plongée dans une nuit profonde.
Elle arrive à les attraper pour les transformer en sublimes créatures, avec lesquelles elle joue avant de s’endormir.
Le lendemain, à son réveil, elle les ramène à la vie en les dessinant dans son carnet.

Un jour, Morfie, une mystérieuse écolière, fait son apparition et lui parle de ces dessins qui n’intéressaient personne jusque-là.
Une fascination qui va rapidement révéler une autre réalité plus inquiétante…

Avis

Les dessins sont sublimes. L’auteur a travaillé les couleurs. Elles sont tantôt vives, tantôt sombres. Elles soulignent les rêves de Sandy et servent l’histoire. J’ai rarement vu un tel travail dans une BD.

des-lumieres-dans-la-nuit-image1

Je suis moins séduite par l’histoire. Elle est très sombre. Sandy est une petite rêveuse qui a du mal à trouver sa place à l’école. Elle préfère dessiner plutôt que d’écouter les cours de ses professeurs / bonnes sœurs ou de se faire des amis. Lorsqu’elle rencontre Morfie, elle est contente d’apprendre à sa maman qu’elle s’est fait une amie. Mais très vite le lecteur se demande si cette petite fille existe. Puis plus l’histoire avance, plus Morfie est angoissante. Sandy semble épuisée, énervée, perturbée.

Rien ne nous est révélé. Seule l’angoisse persiste tout au long de cette BD. J’ai peur que certains jeunes ne soient trop effrayés par cette ambiance. A réserver pour les plus grands, à partir du collège je pense.

Le bonheur c’est simple comme un bento de Yuzu, Umetarô Aoi

Pourquoi ce livre ? Le_bonheur_cest_simple_comme_un_bento_de_yuzu-nobi

Encore une trouvaille « feel good » de mon chéri pour son CDI.

Résumé

Mugi est une petite ville verdoyante, calme et paisible, bordée par une mer tranquille. Dans cette petite ville, vit une petite fille, qui a ouvert un petit magasin de bento. Elle s’appelle Yuzu, elle a de l’énergie à revendre et surtout, elle sait toujours trouver comment remonter le moral de ses clients. Quelques ingrédients et beaucoup d’amour… c’est prêt ! Bon appétit !

Le-bonheur-c-est-simple-comme-un-bento-de-Yuzu-2-nobiAvis

Encore un excellent manga ! Je suis vraiment contente de lire ce genre d’œuvre. J’aime ces mangas « feel good ». Ils sont parfaits pour une période de vacances.

Yuzu est une petit fille adorable qui semble avoir un drôle de pouvoir, en cognant la tête des gens, elle comprend instantanément quel bento leur préparer pour qu’ils retrouvent le moral / leur courage. Du coup ce manga est une succession d’histoires personnelles, toutes plus émouvantes les unes que les autres. J’ai plusieurs fois eu les larmes aux yeux. L’auteur nous conte des bribes de vies de façon très poétique et pudique.

J’ai moins aimé le second tome qui voit une nouvelle petite fille arriver dans l’univers de Yuzu et sa grand-mère. Du coup, il y a moins de préparation de bento et moins d’histoire de touristes en passage dans la boutique de Yuzu. Cependant, j’ai aimé découvrir l’histoire des deux petites filles et être témoin de leur attachement mutuel qui grandit au fil du manga.

Il faut en plus ajouter que le chien de Yuzu, personnage à part entière de ce manga, est adorable !

Et cerise sur le gâteau, il y a de très belles recettes de bento.

Bref, j’ai adoré !