Bonjour tristesse, Françoise Sagan

Pourquoi ce livre ? 418fgEXeanL._SX303_BO1,204,203,200_

Dans le but de passer le CAPES interne de Lettres Modernes, j’ai décidé de me remettre à lire des classiques. Il faut que je me remette dans le bain ! Je commence par Françoise Sagan, une auteur que je n’ai jamais lu.

Résumé

La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

Avis

Ce roman est le premier de Françoise Sagan. Il ne définit donc pas son style et ne met pas vraiment en exergue son talent. Son succès réside selon moi dans le scandale qu’il a provoqué à sa sortie en 1954. Scandale revendiqué par l’éditeur de Sagan et alimenté par François Mauriac. « Comment une jeune fille encore mineure peut-elle parler de sexe aussi facilement ? »

Aujourd’hui, l’histoire ne choque plus personne. Il y a deux thèmes vraiment dominants dans ce roman : la relation entre la protagoniste, Cécile, et son père et la découverte de la sexualité.

Le premier thème est très différent de ce que j’ai pu lire, jusqu’à aujourd’hui. Le père et la fille sont fusionnels. Alors quand une femme entre dans leur vie et essaye de changer leurs habitudes de vieux couple, l’adolescente se braque et décide de tout faire pour casser leur histoire naissante. La jeune femme se découvre machiavélique. Cela la trouble. Elle est partagée entre l’admiration qu’elle éprouve pour Anne, la nouvelle compagne de son père, et l’aversion du changement qu’elle impose dans leur maison. Ce roman est un récit d’apprentissage où l’héroïne va apprendre à se comprendre, à se connaître. Elle grandit et doit apprivoiser ses sentiments. J’ai aimé l’ambivalence de Cécile.

Sentiments qui sont décuplés lorsqu’elle rencontre Cyrille, un jeune estivant comme elle. Nous assistons à la naissance du désir et des sentiments. Ce sujet est bien plus classique mais très bien développé.

Le titre « Bonjour tristesse » renvoie à la fin mélancoliquement douce du roman. Le tragique ne dure que quelques temps. La vie reprend. Mais la mélancolie n’est jamais vraiment loin.

Ce premier roman contient déjà tous les thèmes de l’œuvre de Sagan : la vie facile, les voitures rapides, les plaisirs de la nuit, les belles villas, le soleil, un mélange de cynisme, de sensualité, d’indifférence et d’oisiveté.

Sans être un chef d’œuvre, ce roman m’a donné envie d’en connaître plus sur l’œuvre de Françoise Sagan.

Publicités

Je lis pour le boulot : Le Cid, Pierre Corneille

Pourquoi ce livre ? 41y2atuDWfL._SX345_BO1,204,203,200_

Je le fais étudier à mes quatrièmes pour le thème « individu et société, confrontation de valeurs ? »

Résumé

Don Diègue et le comte de Gomès projettent d’unir leurs enfants Rodrigue et Chimène, qui s’aiment. Mais le comte, jaloux de se voir préférer le vieux Don Diègue pour le poste de précepteur du prince, offense ce dernier en lui donnant une gifle. Don Diègue, trop vieux pour se venger par lui-même, remet sa vengeance entre les mains de son fils Rodrigue qui, déchiré entre son amour et son devoir, finit par écouter la voix du sang et tue le père de Chimène en duel. Chimène essaie de renier son amour et le cache au roi, à qui elle demande la tête de Rodrigue. Mais l’attaque du royaume par les Maures donne à Rodrigue l’occasion de prouver sa valeur et d’obtenir le pardon du roi. Plus que jamais amoureuse de Rodrigue devenu un héros national, Chimène reste sur sa position et obtient du roi un duel entre don Sanche, qui l’aime aussi, et Rodrigue. Elle promet d’épouser le vainqueur. Rodrigue victorieux reçoit du roi la main de Chimène  : le mariage sera célébré l’année suivante.

Avis

Quelle claque ! Je ne me souvenais pas que cette pièce de théâtre était si belle !

L’écriture d’abord. Tout en vers, en alexandrin, et en rime.  Écriture certes exigeante mais tellement belle !

Et puis, il y a l’histoire. Ce fameux dilemme cornélien. Honneur ou amour ? Les personnages sont riches et complexes. On souffre avec eux. On ne peut que se mettre à la place de ces jeunes amoureux à qui la belle vie était promise et qui tombent de très haut ! Les temps ont bien changé et c’est tant mieux !

Contre toute attente, cette pièce fonctionne très bien avec mes élèves. J’ai tout fait pour qu’ils s’identifient à Rodrigue ou Chimène et c’est chose faite. Ils sont captivés et participent beaucoup. Même si je dois avouer qu’ils ne se battent pas pour lire en classe. La forme leur fait très peur. Il faut sans cesse reformuler le texte alors que je suis sûre qu’ils le comprennent. Ils veulent juste être rassurés de ne pas passer à côté de quelque chose d’important. Mais ils semblent avoir hâte de savoir ce qui va arriver à nos célèbres amoureux !

Un classique à relire !