La ligue des surper féministes, Mirion Malle

Pourquoi ce livre ?livre_visuel_256

J’ai vraiment aimé Commando Culotte de la même autrice. Alors l’idée d’une BD sur les mêmes thèmes mais à destination des collégiens m’a vraiment emballée !

Résumé

La ligue des super féministes est la première BD jeunesse réellement féministe. Elle s’adresse aux enfants dès 10 ans et aborde des thèmes inédits en jeunesse : la représentation, le sexisme, le consentement, le corps des filles, les notions de genre et d’identité sexuelle…

Les chapitres sont complétés par des pages d’outils théoriques indispensables à tout âge (argumentaires, test de Bechdel…) qui font de cette BD un véritable petit guide d’autodéfense féministe, salutaire à l’âge où s’installent les stéréotypes sexistes.

Avis

Points positifs

Une BD parfaite pour une introduction au féminisme au XXIe siècle !

L’autrice s’adresse à un jeune public (niveau collège) et sait très bien leur parler. Sans entrer trop dans les détails, Mirion Malle explique aux plus jeunes toutes les grandes questions qui agitent le féminisme aujourd’hui.

Chaque principe est illustré par des exemples concrets. Cela permet aux jeunes de bien comprendre la notion.

C’est drôle !

Points négatifs

Comme pour Commando culotte, les dessins ne sont pas beaux. J’ai peur que les élèves se braquent et n’ouvrent pas la BD.

Bilan

A mettre dans tous les CDI de collège !

 

 

Publicités

Appelez-moi Nathan, Quentin Zuttion

Pourquoi ce livre ?

9782228921626

Comme pour Morgane, c’est une BD qui m’a été présentée par les médiathécaires.
Résumé :

Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette « erreur génétique » avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par mois. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.
Avis :
Points positifs

Le sujet. Que c’est dur comme thème !

Nathan né dans le mauvais corps, il voit celui-ci grandir et prendre les mêmes formes que celui des femmes. C’est tellement difficile de le voir souffrir ! Lui qui ne demande qu’une chose : être appelé Nathan.

Pour les parents : donner naissance à une fille, l’élever comme une fille mais se rendre compte qu’elle souffre ! Ce moment d’incompréhension quand ils ne savent pas encore mettre des mots sur ce qui arrive à leur enfant est terrible.

nathan

Le processus est très bien retranscrit. Nous sommes dans la tête de Nathan. Il nous livre de façon très pudique ses émotions. Nous suivons aussi tout le processus médical que cela implique. J’ai vraiment la sensation de bien comprendre, de bien ressentir les sentiments de ce jeune homme.

Le dessin est très délicat. Les couleurs pastels retranscrivent bien la pudeur de l’auteur.
Points négatifs

Nathan a de la chance de ne croiser que des personnages qui le soutiennent. L’auteur a souhaité mettre sous silence les côtés les plus sombres de ce genre d’histoire. C’est dommage car il aurait été intéressant d’évoquer les difficultés d’une telle décision.
Bilan :

Une magnifique BD pleine d’émotion et de pudeur.

Morgane, Simon Kansara et Stéphane Fert

Pourquoi ce livre ?morgane

Lors d’une présentation de BD à la médiathèque, les médiathécaires m’ont complètement subjuguée avec cette BD. La légende d’Arthur vue par Morgane. Moi qui adore cet mythe, je me suis plongée avec plaisir dans cette lecture !

Résumé :

Privée de son destin de reine, la demi-sœur du roi Arthur devient la sulfureuse fée Morgane et se dresse contre la tyrannie de la Table ronde et les manipulations de Merlin le fou. Écœurée par le magicien qui joue avec sa vie depuis sa plus tendre enfance, Morgane laisse libre cours à sa colère et assouvit sa soif de pouvoir envers et contre tous : son ancien maître, les hommes, leur nouveau dieu unique et l’ordre établi.

Avis :

Attention coup de cœur !

Points positifs :

morgane-4La légende de Morgane revue sous le prisme du féminisme. Morgane, héritière du trône, se fait voler son trône par les manipulations machiavéliques de Merlin. Cette histoire débute par une insupportable injustice. Pourquoi Merlin ne souhaite pas Morgane sur le trône ? C’est une femme ? En tout cas, son sexe gêne tout son entourage lorsque le roi décide de la nommer héritière du trône.

Le rôle de Merlin est très sombre. Nous sommes très loin du Merlin de la légende que l’on connaît ou celui de Disney. C’est un sorcier cruel qui n’hésite pas à manipuler les vies des gens.

Les scénaristes ont complètement retourné le mythe. Arthur est un naïf avec de vives tendances cruelles, les chevaliers de la table ronde cherchent intensément le Graal sans faire attention à leurs actions (ils violentent, tuent et pillent), etc. Ils ont tout simplement décidé de replacer la légende au Moyen-Âge.

Il y a énormément de rebondissements et de suspens.

Les dessins sont sublimes ! J’aime l’utilisation des couleurs sombres.

Points négatifs :

Aucun !

Bilan

Une BD incroyable à réserver à un public averti !

 

 

 

Commando culotte, Mirion Malle

Pourquoi ce livre ?Couv_275386

Mon conjoint m’a fait découvrir Mirion Malle avec le documentaire, Les règles… Quelle aventure ! qu’il a acheté pour son CDI. C’est lui qui a emprunté cette BD à la médiathèque.

Résumé

Game of Thrones, Legally Blonde, Sixteen Candles, Starship Troopers… Mirion Malle analyse des oeuvres marquantes du petit et grand écran sous l’angle du genre et du féminisme. Quelles places ont les femmes dans les blockbusters et les séries télé ? Quel est l’impact sur notre société ? Voilà les questions auxquelles répond Commando Culotte avec pédagogie mais aussi humour et légèreté, alternant critiques et déconstruction de mythes sexistes comme “les filles n’ont pas d’humour », “la friendzone », “le maquillage c’est nul et c’est pour les filles, les flingues c’est cool et c’est pour les garçons », et bien d’autres.

Avis

Mirion Malle est une autrice féministe qui s’est donné pour but de partager ses convictions avec ses dessins mais surtout grâce à son grand sens de l’humour.

Points positifs

Elle choisit de traiter son sujet au travers du prisme de la pop culture. Plutôt que de théoriser et de faire un cours magistral, elle analyse des films et des séries. Tout son propos est alors très clair.

On apprend énormément. Elle nous montre grâce à ses analyses à quel point la société est inégalitaire. Elle n’est jamais moralisatrice et déconstruit les stéréotypes et les préjugés de façon très factuelle.

Elle est drôle !

Points négatifs

Je ne connais pas la plupart des films qu’elle évoque. Du coup, cela est beaucoup moins intéressant.

L’autrice se répète beaucoup.

Je déteste sa façon de dessiner même si ici, c’est le message le plus important.

Bilan

Gros coup de cœur pour Mirion malle !

Le coin BD [12]

Encore des BD issues du carton de nouveautés de mon conjoint.

KidZ, de Aurélien Ducoudray et Jocelyn Joret9782923621845-001-T

Résumé

Voilà 3 mois qu’une terrible épidémie a transformé la population en zombies avides de chair fraîche. Seulement, après avoir dévoré la presque totalité de l’humanité, les morts-vivants eux-mêmes commencent à dépérir et tombent de famine les uns après les autres… C’est dans une banlieue ensoleillée de Californie au doux parfum de fin du monde que Ben, 10 ans et encore traumatisé par la mort de ses parents, forme avec ses potes le dernier bastion de l’humanité. Et entre chasse des zombies survivants, expéditions pour amasser vivres, jouets et comics, le tout filmé par le bien nommé Spielberg, la vie s’écoule plutôt paisiblement au cœur de leur enceinte construite avec les moyens du bord. Jusqu’au moment où quelque chose de pire qu’une reprise de l’épidémie, une catastrophe nucléaire ou les 4 anneaux clignotants d’une Xbox 360 vient frapper leur petite communauté : deux filles ! Jusqu’ici habitués à chiller au bord de la piscine en mangeant des barres chocolatées et jouant aux jeux vidéo, comment les garçons vont-ils réagir aux nouvelles coutumes bizarres de Polly et sa petite sœur Sue ?

Avis

Tout simplement un The wealking dead version enfants. Même constat que la série : des zombies, la survie, la solidarité ou / et la défiance. Rien de bien original. L’histoire est bien sûr bien glauque et encore plus puisqu’il s’agit d’enfants.

Les dessins sont vraiment beaux. Très travaillés et très colorés.

 

9782818949658Autour d’Odile, de Bruno Madaule

Résumé

Trouver l’amour, c’est difficile, surtout quand on est surveillée par un dragon !

Odile est comme toutes ses copines princesses du Moyen Âge. Elle vit recluse dans une tour. Elle attend la venue du prince charmant. Et elle est protégée par un dragon qui ne jure que par le barbecue de chevalier servant. Autant dire que les candidats à la grillade ne sont pas légion ! Alors quand Roland ose défier le monstre, Odile a le coup de foudre. De tentative ratée en essai avorté et de duel perdu d’avance en acte de bravoure inconsidéré, Roland va tout faire pour que brûlent les feux de l’amour, en évitant les flammes du gardien jaloux.

Avis
Cette BD est une succession de strips sur une planche. Certaines sont très drôles, d’autres pas du tout.
L’idée de base est vraiment sympathique et très originale. Les dessins le sont également.
Une BD pour passer un bon moment.

 

 

Le coin BD [11]

Alors que je dois lire plein de romans pendant ces vacances, je me plonge dans le carton de nouveautés que mon conjoint a ramené de son CDI.

Zombillénium T.4, d’Arthur de Pins9782800161068-couv-M800x1600

Résumé

Le parc Zombillénium ne s’est jamais aussi bien porté : sa cote de popularité atteint des sommets suite aux réformes démoniaques opérées par Behemoth, qui décide alors de jouer sa propriété au cours d’une compétition bien spéciale… Un sabbat de sorcières !

Gretchen, Aurélien et Von Bloodt ont quant à eux monté un réseau d’évasion clandestin afin d’offrir aux damnés la chance d’une reconversion, loin des neuf cercles de l’Enfer. Des opérations périlleuses, sous le manteau, qui ne font pas du tout les affaires des dirigeants. Déterminés à y mettre un grand coup de balai, ils s’offrent les services d’une redoutable enchanteresse qui donnera du fil à retordre à sa rivale attitrée : Gretchen. Sous terre comme dans les airs, le combat promet d’être épique !

Avis

Alors, je n’ai rien compris à ce tome ! Il est vrai que ma lecture du tome 3 date un peu, mais quand même ! Celui-ci ne débute pas immédiatement après le 3. Il y a un certain laps de temps entre les deux BD. Mais nous ne savons pas combien… Du coup, il faut un peu deviner ce qui s’est passé. Cela m’a complètement dérouté.

Je n’ai pas compris non plus pourquoi le président du parc décide de le jouer au lieu de le vendre. Je ne me souviens plus du tout quel est son lien avec Gretchen. Car dans ce tome, c’est vraiment Gretchen qui est le personnage central. La nouvelle sorcière semble n’exister que pour la contrer elle.

L’histoire est vraiment bâclée. Il n’y a pas assez de page. Tout va trop vite. Mon conjoint n’a pas du tout été perturbé par cela mais a vraiment trouvé que ce tome n’était pas extraordinaire.

La magie des premiers tomes est retombée. Le parc n’est plus qu’un second plan. Il s’agit maintenant d’une BD classique sur deux camps magiques qui s’affrontent.

Je ne suis pas sûre de vouloir lire le tome d’après. Vraiment dommage !

51jmjD5QGQL._SX195_Des lumières dans la nuit, Lorena Alvarez

Résumé

Chaque nuit, de faibles lumières éclairent la chambre de Sandy plongée dans une nuit profonde.
Elle arrive à les attraper pour les transformer en sublimes créatures, avec lesquelles elle joue avant de s’endormir.
Le lendemain, à son réveil, elle les ramène à la vie en les dessinant dans son carnet.

Un jour, Morfie, une mystérieuse écolière, fait son apparition et lui parle de ces dessins qui n’intéressaient personne jusque-là.
Une fascination qui va rapidement révéler une autre réalité plus inquiétante…

Avis

Les dessins sont sublimes. L’auteur a travaillé les couleurs. Elles sont tantôt vives, tantôt sombres. Elles soulignent les rêves de Sandy et servent l’histoire. J’ai rarement vu un tel travail dans une BD.

des-lumieres-dans-la-nuit-image1

Je suis moins séduite par l’histoire. Elle est très sombre. Sandy est une petite rêveuse qui a du mal à trouver sa place à l’école. Elle préfère dessiner plutôt que d’écouter les cours de ses professeurs / bonnes sœurs ou de se faire des amis. Lorsqu’elle rencontre Morfie, elle est contente d’apprendre à sa maman qu’elle s’est fait une amie. Mais très vite le lecteur se demande si cette petite fille existe. Puis plus l’histoire avance, plus Morfie est angoissante. Sandy semble épuisée, énervée, perturbée.

Rien ne nous est révélé. Seule l’angoisse persiste tout au long de cette BD. J’ai peur que certains jeunes ne soient trop effrayés par cette ambiance. A réserver pour les plus grands, à partir du collège je pense.

Le coin BD [10]

Happy Parents, de ZEP81UkzLHpGML

Cette BD a été conseillée à mon conjoint par le médiathécaire, jeune papa également.

Résumé

Etre parent, c’est compliqué, être enfant, ce n’est pas simple ! Au fil de 60 gags et autant de situations différentes, Zep donne vie à une vaste galerie de personnages : d’un côté des pères et des mères que rien ne préparait à ce choc ; de l’autre des bébés, des écoliers, des ados immergés dans leur univers… Et entre les deux, mille et une occasions de ne pas se comprendre. Mieux vaut en rire… et avec Zep, c’est garanti !

Avis

Dans cette BD, nous retrouvons le style caractéristique de Zep que nous connaissons tous grâce à Titeuf. Même s’il faut l’avouer, son dessin s’est vraiment amélioré depuis ses toutes premières BD. J’ai beaucoup aimé l’absence de cases. Zep prend des libertés avec les normes de la bande dessinée et cela ne gâche en rien la lecture au contraire !

Les histoires sont drôles mais trop stéréotypées pour moi ! Je ne m’y suis quasiment pas retrouvée ! L’auteur a repris tous les lieux communs de la parentalité. J’aurais vraiment préféré qu’ils nous parle de ses propres expériences ou de celles de vrais parents !

Je n’ai pas du tout adhéré.

Couv_119526Elmer, Gerry Alanguilan

Dans le cadre d’un projet bande dessinée avec une classe de troisième et la médiathèque de ma ville, les médiathécaires nous ont recommandé cette œuvre. L’auteur est Philippin. Cela a éveillé ma curiosité.

Résumé

Imaginez un instant que les poulets aient accédé à l’intelligence et luttent pour obtenir des droits égaux à ceux des hommes. À première vue, la farce paraît un peu grosse ! C’est pourtant sur cette base que Gerry Alanguilan construit l’histoire passionnante de Jake Gallo, qui redécouvre au travers du journal intime de son père récemment décédé l’histoire des premiers représentants de sa race à avoir quitté le monde animal pour rejoindre celui des humains.

Avis

Cette BD permet d’aborder plusieurs thèmes forts :  la maltraitance animale, la différence et surtout le génocide. Les poulets se réveillent et acquièrent une conscience. Ils se révoltent donc contre ceux qui les tuent pour les manger. Premier thème : celui de la maltraitance animale. Et si les animaux pouvaient exprimer leur peur, leur souffrance, leurs émotions ? Cette BD est un plaidoyer pour le végétarisme ! Comment les hommes vont-ils réagir face à cette nouvelle humanité ? Deuxième thème : la différence et même l’altérité. Comment réagir face à ces poulets devenus humains ? Ils restent des poulets que les hommes avaient pour habitude de manger ! Les gallinacés vont devoir se battre pour intégrer la société et être acceptés comme n’importe quel homme. Et puis, les hommes sont ce qu’ils sont. Face à la différence et à leur incompréhension, ils prennent les armes et tuent ! Période terrible pour la population de poulets qui est décimée. Troisième thème : le génocide. Il est très bien traité ! Tout y est : les tueries, la peur, la nécessité pour les poulets de se cacher, etc. C’est une BD très dure !

Le style est magnifique. Le dessin est très beau. J’aime beaucoup le noir et blanc ! L’auteur ne fait rien de superflu et j’adore ça !

Une BD pas très originale si vous avez lu Maus mais nécessaire !