Un amour sucré-salé, Christine Frasseto et Guillaume Léturgie

Pourquoi ce livre ?802265_2941653

Tout comme 3000 façons de dire je t’aime, ce livre faisait partie de la sélection de romans d’amour donnée à mes quatrièmes. Il fallait donc bien que je le lise pour pouvoir corriger les fiches de lecture !

Résumé

 » Salé. Ma petite Luce, ma Lucille, ma lumière, ma soeur, mon amie de toujours. Je la connais depuis que j’ai huit ans, la moitié de notre vie passée ensemble, on a tout vu tout fait.  »
 » Sucré. Tom et moi, on est comme des magnets sur un tableau métallique, on se comprend presque sans rien dire et je sais que rien ne pourra jamais nous séparer « .

Avis

Ce roman a été écrit à quatre mains. Les chapitres écrits par Christine Frasseto nous laissent entendre la voix de Luce, une jeune fille de quatorze ans ; les chapitres écrits par Guillaumes Léturgie ont pour narrateur Tom, un jeune garçon de quinze ans. Les écritures à quatre mains sont toujours périlleuses car il y a un risque pour que le texte ne soit pas très cohérent. Il n’en ai rien ici, et au cours de ma lecture j’ai même oublié qu’il y avait plusieurs auteurs.

L’histoire se déroule sur une année. Les deux héros sont en troisième. Tom a perdu sa maman et est complètement déphasé. Il ne travaille plus à l’école et n’a que pour seule amie Luce. Celle-ci est au contraire une très bonne élève. Comme dans tous ces romans pour adolescents, Luce et Tom sont amoureux, mais seul le lecteur s’en rend compte. Bon il faut avouer que Luce aussi mais c’est normal c’est une fille ! En une phrase je vous ai résumé ce que je n’ai pas du tout aimé dans ce roman : il est bourré de clichés ! L’histoire est un cliché à elle-seule. Deux amis pour la vie qui sont en fait amoureux, la fille sérieuse qui va un peu s’encanailler avec un autre parce que son ami drague une autre fille… C’est fatiguant de lire et relire la même histoire ! Et que dire de l’écriture des auteurs qui ont voulu faire « jeunes ». Je déteste quand un écrivain essaye de reproduire le vocabulaire des jeunes car on peut être sûr, qu’il tombera toujours à côté.

Il y a quand même une chose à sauver dans ce livre. J’ai bien aimé « entendre » les deux voix des adolescents. Lire leur deux visions d’un même fait était très intéressant.

Bref, je n’ai pas du tout aimé ce roman et mes élèves non plus !

Publicités

2 réflexions sur “Un amour sucré-salé, Christine Frasseto et Guillaume Léturgie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s