La tête sous l’eau, Olivier Adam

Pourquoi ce livrecvt_la-tete-sous-leau_7949

J’aime beaucoup cet auteur. Je lis toujours les livres qu’il écrit comme vous pouvez le voir ici et ici. Alors moi qui adore la littérature jeunesse, je ne pouvais pas passer à côté d’un roman d’Olivier Adam destiné aux adolescents !

Résumé

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.
Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »
Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour parmi nous mais on n’en avait pas terminé.

Avis

Waouh… Quel roman choc ! En lisant le résumé je m’attendais bien sûr à un texte terrible mais pas à ce point là. Etant maman d’une petite fille j’ai vraiment souffert à cette lecture.

Le narrateur est un jeune garçon solitaire et très introverti. Caractère qui se renforce lorsque sa sœur disparaît du jour au lendemain. La première partie du roman nous conte l’absence. L’adolescent voit sa famille se briser, son quotidien s’effondrer. Seules la mer et Chloé peuvent le réconforter. Olivier Adam nous plonge dans la même incertitude que son héros. Qu’est-il arrivé à Léa ? Pour un adolescent, l’identification est très facile. Ce roman est très actuel est très référencé avec les loisirs d’aujourd’hui. Pour un adulte, l’identification se fera avec les parents. Comment ne pas comprendre le tourment qui les agite ? J’ai beaucoup aimé la description des parents. La maman n’est pas irréprochable. Elle a du mal à comprendre sa fille adolescente avant sa disparition. Elle passe complètement à côté même. Elle est elle-même trop occupée par sa vie personnelle. Le papa est dépressif et absent. Puis, le drame les ronge, les détruit et ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes.

Puis la deuxième partie se focalise sur le retour de Léa. Son petit frère devient son protecteur. Leur lien intense est incroyable ! Les descriptions de ce qui s’est passé pour la jeune fille sont atroces et m’ont fait beaucoup pleurer. Le personnage de Léa est vraiment bien pensé. Je ne sais pas si Olivier Adam a fait des recherches mais elle m’a semblait très réelle ! Elle est complètement mutique. Elle refuse d’exprimer ce qu’elle ressent et ce qu’elle a vécu. On ressent que seule la présence de ses proches l’apaise. En arrière plan, la vie de famille reprend. Mais rien n’est simple. Les réactions autour du narrateur sont belles et à vomir en même temps ! Olivier Adam a cette capacité à bien cerner les gens.

Seule déception, la fin. Je ne pense pas que la réapparition de celui qui a fait du mal à Léa était nécessaire. Cela m’a semblé complètement artificiel !

Lorsque j’ai reposé ce roman je n’ai eu qu’une envie : serrer très fort ma fille contre moi !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s