Petit pays, Gaël Faye

Pourquoi ce livre ?images

Cela fait très longtemps que je veux lire ce livre. Mais il y a tellement de livres intéressants… Et puis sur la route des vacances j’entends Gaël Faye chanter. Je n’avais jamais entendu une de ses chansons. J’ai adoré. Il fallait donc que je lise à tout prix son livre !

Résumé

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire.

Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Avis

Ce texte est magnifique ! L’écriture de Gaël Faye est simple mais belle. Chaque mot est choisi avec attention.

J’ai regardé quelques interviews de l’auteur avant d’écrire mon article. Je voulais savoir si ce texte était autobiographique. Il ne l’est pas mais Gaël Faye s’est fortement inspiré de son enfance. Enfance passée au Burundi, un pays africain que je ne connais pas du tout ! Je l’ai donc découvert à travers les yeux du jeune narrateur, Gabriel, petit garçon métis né d’un père français installé au Burundi et d’une mère Rwandaise. Le début du roman est complètement initiatique. Gabriel grandit entre deux cultures dans une impasse occupée par des expatriés fortunés. Ses occupations sont ceux d’un petit garçon lambda : les copains, l’école et la famille. L »‘exotisme » de l’Afrique est très plaisant pour moi qui ne connaît pas du tout cette culture. J’ai aimé lire un livre sur cette culture sans avoir à lire un « parler » africain stéréotypé. Les jeunes personnages sont très attachants et drôles.

Et puis, imperceptiblement, une autre ambiance s’installe. Un coup d’état éclate au Burundi. Les différentes ethnies, hutu et tutsi se cherchent des noises constamment. Et puis, le terrible génocide rwandais se produit. Je n’avais jamais rien lu sur ce sujet. Gaël Faye choisit de ne pas le faire vivre directement à son jeune personnage. Le génocide nous est raconté par sa mère, une tutsi en exile qui part à la recherche de sa famille. Les mots de cette femme resteront gravés en moi. Ils sont durs et choquants. La vérité crue telle qu’on ne peut se l’imaginer. La naïveté de Gabriel s’envole avec cet acte terrible. Tout sombre dans la violence autour de lui : ses amis, sa mère, son quartier… Il en sera changé à jamais.

Les derniers mots du roman sont laissés à Gabriel adulte. Comment oublié son pays natal ? Ce petit pays qu’il aime tant ?

Un texte puissant que j’aurais déjà dû lire il y a longtemps !

Publicités

2 réflexions sur “Petit pays, Gaël Faye

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s